Air Max ltd

Du calme, du calme, du calme. Seulement 48 minutes de jouées, il n’est certainement pas l’heure de tirer sur la sonnette d’alarme. Cependant, Steve Kerr sait que les Spurs ont fait un exposé en place publique, concernant les premières failles de sa machine. Si le blondinet a été Coach de l’Année l’an passé et a remporté 140 matchs de régulière en deux ans, ce n’est pas pour que dalle : à lui de penser à quelques ajustements, ou de persévérer dans ses choix. Mais attention, car la machine médiatique sera bientôt elle aussi en place pour chercher les défauts des Dubs.
Il y avait quelque chose de personnel, d’indescriptible et du coup d’invraisemblable dans la performance offerte par le nouveau patron des Spurs hier soir : quand Kawhi est aussi focus, ça fait extrêmement peur.

Des progrès, on en a vu l’an passé, notamment du point de vue offensif où le numéro 2 avait pris un vrai virage dans sa carrière. Plus à l’aise et responsabilisé, on voyait Leonard devenir une vraie menace quotidienne en attaque, en plus de son traitement infernal en défense. Mais en connaissant le contexte de l’été des Spurs, et le départ de Tim Duncan qui était particulièrement difficile à digérer, on voulait voir quel nouveau step l’ailier pouvait atteindre en l’espace de quelques semaines. Un peu plus vocal ? Créateur ? Leader ? Des points d’interrogation évidents, surtout après avoir vu KD lui faire la totale en Playoffs, mais qui ont été mis sur la table et défoncés au couteau ce mardi à l’Oracle Arena. Et c’est justement face à Durant que Kawhi a montré son nouveau visage, celui qui pourrait ravir les mêmes fans encore sensibles des Spurs et terroriser un paquet d’autres soutenant les franchises adverses. Car en étant aussi concentré, appliqué et déterminé à tout donner pour repartir avec la victoire, Leonard a plus ou moins réaffirmer dès le premier soir de la saison qu’il devait être pris au sérieux pour le titre de MVP dont il animera certainement la discussion. Alors certes, il est bien tôt pour se mettre à décerner des couronnes, surtout en plein mois d’octobre.

mais il fallait voir l’animal dérouler tout son arsenal face aux Warriors hier soir, pour comprendre le palier que pourrait atteindre Kawhi cette saison. Il y avait ce step en plus, cette confiance inébranlable en ses capacités, et ce jeu désormais au ralenti dans sa tête, qui ont tout simplement désamorcé la bombe atomique californienne. Iguodala envoyé en défense sur le bonhomme ? Faute ou panier, au choix. Curry essayant de mettre un peu de rythme quand ce n’était pas Klay ? Interception ou mise hors-rythme selon ses envies. Et dans un match durant lequel Thompson, KD, Steph, Draymond et LaMarcus étaient présents, il n’y avait absolument aucun doute concernant le nom du meilleur joueur qui avait foulé le parquet.