Air Max oreo

Les fans de la chaussure pourront choisir entre deux options de plaques afin de répondre, au mieux, à leurs besoins sur le terrain. Ils auront le choix entre une plaque FG (traction de pointe sur des champs d’herbe plus fermes) ou une plaqueSG-Pro (pour une meilleure adhérence sur sol mou). La personnalisation ne s’arrête pas là puisque la superposition de couleurs vives et l’habillage, en transparent, de la technologie Nike Flyknit vous sera également permise. Pour les plus soucieux du détail, il vous sera également possible de changer les couleurs du Swoosh de Nike, ainsi que son contour et même les lacets ! En pimp’ant votre Magista, elle vous emmènera dans un tout autre niveau de jeu et ce n’est pas Cristiano Ronaldo avec son Ballon d’or sur Instagramqui dira le contraire. On vous rappelle que laMagista NIKEiD sera disponible dès le 29 avril prochain sur le site officiel de Nike.Aujourd’hui, la Air Max souffle ses 29 bougies. Et à l’occasion de ce #AirMaxDay, Nike dévoile trois paires inédites de sa célèbre sneaker. Trois créations signées par trois designers emblématiques de la firme. Inspirations, technologie, prix et disponibilités, on vous dit tout.

Le temps passe si vite… ! Ce 26 mars, la Nike Air Max célèbre ses 29 printemps. Et à l’occasion de ce #AirMaxDay 2016, alors que Citadium organise une journée spéciale, la firme au swoosh dévoile trois modèles inédits de son emblématique sneaker. Réalisées par trois grands designers issus de la maison Nike, les trois paires « HTM » (pour les noms Hiroshi, Tinker et Mark) évoquent l’histoire même de la sneaker. Car c’est bien le 26 mars 1987 que la première Air Max 1 voit le jour. Signée Tinker Hatfield, la sneaker s’inspire de l’architecture du centre culturel Pompidou (Paris). Grâce à la bulle d’air présente au niveau du talon sur la semelle, il était ainsi possible de voir pour la première fois à l’intérieur d’une chaussure. Aujourd’hui, Tinker Hatfield revisite laAir Max 90 Ultra Superfly T et y intègre une chaussette montante (voir photo ci-dessous). « En ajoutant cette cheville montante à la Air Max 90, on élève les possibilités de performance de la chaussure, ce qui a toujours été quelque chose d’important pour moi, en tant que créateur », décrit le designer de la Air Max 90 Superfly T.

Si Tinker Hatfield a décidé de s’attaquer la Air Max 90 Ultra Superfly T, Hiroshi Fujiwara a quant à lui décider de relooker la Air Max LD-Zero H (ci-dessous). «J’adore fouiller dans les archives de Nike. Récemment, je suis d’ailleurs tombé sur la Nike Boston, un modèle qui a inspiré la LD-1000. Je me suis alors dit qu’il serait vraiment intéressant d’associer cette silhouette aux technologies actuelles. Je trouve ça fascinant ! C’est pourquoi j’ai doté la Boston d’une plateforme Air Max 2014 », décrit-il sa version bleutée et blanche de la Air Max LD-Zero H.