size 6 Air Max 90 white

C’est d’un point de vue esthétiquement global que cette paire a surtout créé de nombreuses discussions, pensant qu’un joueur aussi exubérant et visuel que James aurait une paire de shoes à son image. Un poil trop sobre, la Harden vol. 1 ne se sépare pas du lot, mais elle fait plus que le boulot. Du coup, une fois les designers rencontrés, il fallait passer au plat de résistance. Malheureusement, pas d’interview avec la star du jour, notamment à cause d’une forte affluence à l’événement, mais l’occasion pour tout de même parler avec K.J McDaniels, Gary Payton II et d’autres coéquipiers, venus ce samedi en pleine après-midi. Et pourquoi donc ? Peut-être parce qu’un défilé et concert assez mythique prenait place dans cet immense hangar, entre Travis Scott, Young Thug et Slim Thug, tous les trois venus mettre le feu au public pendant que YG et Ashanti se font plaisir en première place. Quelques mannequins venus défiler en portant la chaussure, des DJ gonflés à bloc pour faire chauffer le public, bref un événement XXL pour une signature aussi grande cet été. Images dans le sac, étoiles plein les yeux et billet retour en poche, la réalité reprenait enfin sa place en imposant un retour impératif sur l’Hexagone. De quoi entamer la nouvelle saison avec le sourire, en attendant un test officiel de la chaussure par la suite.

Ce soir, c’est Vincent Collet qui arbitrera ce duel tant attendu, entre deux gros pivots de l’EDF. Merde, c’est pas lui ? Tant pis : rendez-vous à 18h pour un match sérieux au Madison Square Garden.Rudy d’un côté, Joakim de l’autre. Un pivot qu’on aurait aimé voir plus souvent avec le maillot bleu, un pivot qu’on va voir de plus en plus souvent avec le maillot bleu, l’ambiance sera électrique sous les arceaux et il y a moyen que quelques joyeusetés soient envoyées dans la langue de Molière entre les deux baobabs. Car bien au-delà de l’aspect tricolore, il est question de règne dans la peinture, et comme on a pu le voir sur ce début de saison, Jooks et Gobzilla n’ont pas prévu de passer une campagne flinguée, les bras croisés. Pour ce qui est du géant de Salt Lake City, son évolution offensive s’est ressentie avec de plus en plus de touches, ce qui offre une option de plus au Jazz et permet à Utah de bien démarrer la reprise. Quant au soldat de Gotham, ses débuts ont été assez compliqués à cause d’une machine encore un peu froide, mais un passage réchauffant par Chicago lui a permis de sortir son premier match référence, devant un public qui l’affectionnait tout particulièrement. Ce soir, Noah rentre au bercail, celui qu’il occupe actuellement, et qu’il tentera de chauffer avec une nouvelle dose d’énergie XXL sous son nouveau maillot.

Les Knicks et le dimanche, c’est une longue histoire d’amour qui s’est souvent terminée avec un pet et des gens hilares, tant les rencontres du soir en fin de semaine se sont enchaînées avec les défaites. Question de rythme, évidemment, et d’opposant, aussi. Mais en face, on ne peut pas dire que le Jazz ait été royal en déplacement lors du jour du Seigneur, comme on a pu le voir la semaine dernière chez les Clippers. Fatigués par l’abattage physique de Los Angeles et surtout maladroits dans leur jeu offensif, les hommes de Quin Snyder ont offert une de leur plus mauvaise performance, une qu’ils essaieront d’effacer en allant s’imposer au MSG. Ce sera d’ailleurs une mission impérative, bien plus grande que celle de voir Rudy agiter son drapeau au nez et à la barbe de Joakim, car Rodney Hood et ses potes se sont pris une petite leçon de la part des Spurs lors de leur dernière rencontre. C’était à domicile, le public est resté bien silencieux, bref il faudra nettoyer tout ça en proposant le combo habituel : défense redoutable, mouvement de balle suprême et belle répartition du scoring. Pendant qu’en face, on essaiera de construire sur le premier très bon match de Kristaps Porzingis, une confiance retrouvée chez Derrick Rose, et le feu potentiel de Brandon Jennings en sortie de banc.